Les cimetières militaires français

Il faut rappeler le nombre incroyable et jamais vu jusqu’alors des pertes de cette guerre: il y a eu 1.4 millions de morts français, 2 millions de morts allemands, 850 000 morts  anglais, 114 000 morts américains, 1.7 millions de morts russes, et 1.5 millions de morts autrichiens hongrois.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, il y a eu au total 14% des personnes mobilisées qui ont été tuées, un nombre de pertes surtout très élevées chez les paysans.
En quelques mois, le Pas-de-Calais était couvert de cimetières militaires. En tout, il y avait 336 118 sépultures, dont 151 106 sépultures britanniques, 42 946 sépultures françaises et 110 808  sépultures allemandes.

Il y a des centaines de cimetières militaires dans le Nord Pas De Calais. Leur origine est très diverse: les uns ont été créés pendant le conflit, à proximité du front ; d’autres sont liés aux établissements sanitaires de l’arrière ; d’autres ont été constitués après-guerre par le regroupement de petits cimetières de la zone de front. Ces cimetières sont conçus à la fois comme des éléments de la reconnaissance nationale et comme des outils pour le travail de deuil des familles.

A Aire-sur-la-Lys, quelques tombes de soldats français morts pendant la première et la seconde Guerre Mondiale sont intégrées au cimetière communal de la ville et entretenues par le Souvenir français.

Les tombes individuelles, selon les nations, ont des aspects différents, mais respectent un même principe : l’égalité de la commémoration, pour l’égalité du sacrifice. Dans les cimetières français, américains et allemands, l’appartenance religieuse détermine la forme (croix latine, stèle marquée de l’étoile de David ou du croissant).

Les inscriptions reprennent: le nom, le prénom, le grade, l’unité, et la date du décès. Les autorités françaises y adjoignent la mention « Mort pour la France » ou “à nos morts” dans les régions d’Alsace-Lorraine. La loi du 29 décembre 1915 a accordé aux militaires qui sont « morts pour la France » pendant la guerre le droit à une sépulture que payerait l’Etat.

Les ossuaires sont souvent le prolongement de fosses communes où furent inhumés des soldats non-identifiés. Du côté français, le général Joffre donne pour consigne pour des inhumations en fosses communes de ne pas excéder le nombre de 100 corps.

Cette envie d’honorer les soldats morts pour la patrie ne date pas d’hier, dès 1860 des cimetières militaires sont créés aux USA après la guerre de sécession, la France, après la guerre regroupe les dépouilles dans de vastes nécropoles, proche des champs de bataille dans le nord, nord-est de la France et la Belgique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s