Les « gueules cassées »

En Europe, au lendemain de la guerre, on compte environ 6,5 millions d’invalides, dont près de 300 000 mutilés à 100 % : aveugles, amputés d’une ou des deux jambes, des bras, et blessés de la face et/ou du crâne. Ces derniers sont appelés « gueules cassées ».

L’emploi massif des tirs d’artillerie, les bombes, les grenades, le phénomène des tranchées où la tête se trouve souvent la partie du corps la plus exposée ont multiplié le nombre des blessés de la face et la gravité des blessures.

Les progrès de l’asepsie et les balbutiements de la chirurgie réparatrice permettent de maintenir en vie des blessés qui n’avaient aucune chance de survivre lors des conflits du 19ème siècle, mais la réinsertion reste très difficile.

Ces broyés de la guerre gardent la vie, mais ils vivent un vrai cauchemar. Les regards, y compris parfois, ceux de leur famille, se détournent sur le passage de ces hommes jeunes, atrocement défigurés. Ils ont honte de se montrer, ils ne savent pas où aller. Ils sont sans travail et rien n’a été prévu pour eux : ni foyer entre deux opérations, la reconstruction du visage pouvant nécessiter plusieurs années, ni pension, car à cette époque la blessure au visage n’est pas considérée comme une infirmité et n’entraîne donc aucun droit à pension d’invalidité. C’est dans cet abîme de détresse que quelques-uns d’entre eux, refusant le désespoir et la pitié, s’élevèrent au-dessus de leur condition de mutilé pour proclamer leur humanité. (Karl Olive, maire de Poissy, 11 novembre 2015)

Très rapidement, ces mutilés s’organisent en associations. 2 anciens de la Vè division du Val-de-Grâce ont fondé le « service des baveux » car beaucoup de mutilés n’avaient plus de lèvres ni de mâchoires pour retenir la bave.

Le 21 juin 1921, à l’initiative de deux « grands mutilés», Bienaimé Jourdain et Albert Jugon, une quarantaine de soldats blessés au visage créent l’Union des Blessés de la Face, qu’ils surnomment les  » Gueules Cassées « . Ils en confient la présidence au Colonel Yves Picot. La devise de cette association est  » Sourire quand même « , et leur arme est la Solidarité. Une solidarité sans faille qui a permis d’assurer à leurs camarades, sans jamais demander la moindre aide à l’Etat, une vie digne des sacrifices qu’ils avaient consentis au nom de la France.

Ce combat sans fin se poursuit aujourd’hui et s’est élargi à d’autres souffrances. L’association soutient, entre autres, les équipes de médecins-chercheurs qui s’intéressent aux traumatismes de la face et de la tête en leur accordant des bourses d’études. Quatre autres associations sur les mutilés de la guerre existent encore en France: la Fédération des amputés de guerre de France, la Fédération nationale André Maginot, la Fondation des mutilés et invalides de guerre et l’Association des mutilés des yeux de guerre.

Une telle association a existé à Aire sur la lys. Cette association portait le nom d’association des mutilés, anciens combattants, veuves, orphelins, ascendants de la Grande Guerre d’Aire-sur-la-Lys et ses environs. Elle a été créée en novembre 1919 et a été modifiée par l’Assemblée Générale le 9 avril 1922 qui en a précisé les statuts.

Statuts de l’association de mutilés d’Aire-sur-la-Lys

L’association est une des plus nombreuses de la contrée avec plus de 600 membres, dont 6 chevaliers de la légion d’honneur, 150 médaillés militaires et un très grand nombre de croix de guerre.

Cette association avait pour objectif d’apporter à ses membres l’entraide dont ils avaient besoin. M Bar en était le président d’honneur, M Fruchart, le président (au centre sur la photographie ci-dessus). M Fruchart désigna ensuite M Salomé et M Larose comme vice-pdt, MM Wylleman et Dufour comme membres du bureau et M Delpouve Gustave comme secrétaire. La cotisation de 1921 était de 6 francs et de nombreux commerçants avaient consenti d’accorder une remise aux mutilés affiliés à l’association. Le 23 juin 1921 a eu lieu la première fête des mutilés et anciens combattants.

Programme de la première fête des mutilés à Aire-sur-la-Lys, Echo de la Lys, le 23 juin 1921
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s