Aire-sur-la-Lys, « sentinelle avancée du front d’Artois »

Cette expression de l’Echo de la Lys, « sentinelle avancée du front d’Artois », signifie que l’on peut considérer Aire-sur-la-Lys comme une ville de l’arrière. La ville est, en effet, un territoire non loin du front, nécessaire au stationnement et à la logistique des armées alliées.

C’est une ville qui hébergent des soldats venus du monde entier, c’est une ville où on trouve de l’approvisionnement, des hôpitaux militaires, des camps d’entraînement, des terrains d’aviation et des travailleurs réquisitionnés pour l’effort de guerre.

Sans ces villes, l’alimentation du front en hommes, en armes et en provision serait beaucoup plus compliquée.

Ce rôle stratégique lui est conféré par sa proximité avec une voie de communication, ici la gare, qui permet de rejoindre très vite le front et les grands camps du littoral.

Si cela a pu, indéniablement, servir la ville, cela l’a également exposé aux bombardements ennemis…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s